Des trouvailles historiques

retour
TRUCKSTOP

À la recherche de traces dans les Archives historiques de MAN

Manuels du chauffeur anciens et récents, bulletins d’entreprise, photos, prospectus et dossiers : près d’un million de documents se trouvent dans les Archives historiques de MAN. Ils s’amoncèlent dans plusieurs salles, sur des centaines de mètres d’étagères qui sont remplies jusqu’au plafond de cartons et de coffrets. Si le premier regard s’arrête à une montagne de dossiers couverts de poussière, il est possible, en regardant de plus près, d’y découvrir de véritables trésors qui nous invitent à entamer un voyage au cœur de la passionnante histoire des véhicules industriels. Les archives et leur directeur, Henning Stibbe, reçoivent chaque jour cinq à dix demandes. Souvent, celles-ci sont également émises par des amateurs de véhicules de collection, comme le polonais Marek Ciesielski. Ce dernier restaure un ancien camion MAN F4 de 1936 et souhaite obtenir des informations en passant par les Archives historiques de MAN.

Début de l’aventure F4 

L’aventure commune de Marek Ciesielski et du vieux camion MAN trouve son origine dès l’enfance de cet amateur de véhicules de collection. « Au début des années 1990, il m’arrivait souvent de voyager avec ma famille en Haute-Silésie. Je me souviens y avoir vu, à l’époque, un grand camion rouge, en hauteur, sur un podium. J’ai commencé à travailler dans cette région en 2011, ce qui m’a donné l’occasion de faire de temps en temps des promenades à vélo dans différents endroits. À ma grande surprise, j’ai découvert durant l’une de ces excursions le MAN F4, trônant toujours sur son podium. Parfaitement identique au souvenir que j’en gardais de ma tendre enfance. » 

En 2013, Marek Ciesielski apprend que le MAN F4 va être vendu à un musée ferroviaire local. Il doit y être restauré et remis en état de marche. Dès lors, il cherche lui aussi à trouver plus d’informations sur ce véhicule et finit par atterrir au fil de ses recherches sur les Archives historiques MAN. « Il s’est rapidement avéré que ce camion était l’un des trois derniers véhicules conservés », raconte Marek Ciesielski. 

Spécialiste pour les demandes de recherche

Henning Stibbe connaît le moindre document ou objet qui se trouve dans les archives MAN. Diplômé en histoire de l’art, il reprend la direction de la collection en 2011 et doit entièrement moderniser le fonds. Pour ce faire, il avance petit à petit et classifie photo après photo, document après document. Ce travail comprenait une tâche encore plus ardue : la numérisation de l’ensemble des photos et documents. Aujourd’hui, il sait parfaitement où trouver des réponses lorsqu’il reçoit des demandes. Ce fut aussi le cas pour le MAN F4 de Marek Ciesielski : l’historien retrouve un manuel du chauffeur et un catalogue de pièces de rechange qu’il peut transmettre à l’amateur de véhicules anciens via un lien de téléchargement. Ces documents aident Marek Ciesielski à déterminer quelles pièces du camion sont encore dans leur état d’origine et quelles pièces ont été remplacées au cours de la longue vie du véhicule. 

Sur les traces de l’histoire

« Nous ne savions pas encore grand-chose sur l’histoire du véhicule, si ce n’est qu’il avait été trouvé après la 2de Guerre mondiale à Bytom (ville alors appelée sous le nom allemand de Beuthen) et y avait été utilisé jusque dans les années 1980. » Puis survint une découverte majeure : la cabine et le plateau sur lesquels est inscrit le numéro d’identification du MAN F4 sont dans l’état d’origine. L’archiviste réussit à trouver la liste de vente originale de 1936 à l’aide du numéro de moteur et de véhicule, et ainsi le premier propriétaire du camion. Un certain monsieur Frischbutter qui possédait une usine de briques à Rosenberg (ville aujourd’hui appelée Krasnoflotskoje). Il a acheté le MAN de type F4 dans l’ancienne filiale MAN de Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad) le 22 décembre 1936. « Il y a plus de 80 ans », s’émerveille Marek Ciesielski. « Ce qui s’est passé ensuite et la façon dont le MAN F4 s’est retrouvé en Haute-Silésie, nous ne le découvrirons probablement jamais. Il va encore falloir être patient avant que l’ancien MAN F4 soit de nouveau entièrement opérationnel. Je suis très heureux d’avoir au moins pu en apprendre un peu plus sur son passé grâce aux archives MAN. »